Récif corallien

Commencée en 2016 et développée au fil des résidences et expositions, l’installation prend aujourd’hui la forme d’une grande barrière de coraux brodés de plusieurs mètres d’envergure. Dentelles, laines et divers tissus récupérés sont assemblés dans un lent travail d’orfèvre, confectionnant ainsi un récif aux camaïeux de beiges et de blancs. Le blanchissement des coraux — synonyme de leur dépérissement, d’une mort proche — est un phénomène qui résulte de nombreuses dérives humaines, c’est le cri d’alerte de ces animaux en détresse. L’artiste transpose cette urgence dans l’espace d’exposition et nous exhorte à comprendre et prendre nos responsabilités. Différentes résidences d’actions culturelles ont permis à des enfants, des personnes âgées, des citoyens, d’accompagner Aude Bourgine dans ses temps de création, de s’investir à ses côtés dans la défense de notre biodiversité.